Kim Foxx, procureure général de l’État pour le comté de Cook, est une fois de plus sous le feu des projecteurs. Elle est mis en cause par une enquête interne, qui dévoile les messages échangés entre plusieurs parties de l’affaire Jussie Smollett et R. Kelly.

Quelques heures après l’annonce de 16 chefs d’accusation contre Jussie Smollett le mois dernier, Kim Foxx s’était récusée de l’affaire. En cause, la procureure s’est entretenu avec un membre de la famille de Smollett à propos de l’incident et de leurs préoccupations, et a facilité la connexion avec le département de police de Chicago qui enquêtait sur l’incident.

De nouveaux messages obtenu par le biais du Freedom of Information Act (FOIA) ont révélés, qu’en réalité, Kim Foxx suivait encore de très près l’affaire qui a été officiellement transférée à son adjoint, Joseph Magats.

Abandons des charges contre Smollett

La procureure qui s’était récusée, a envoyé un texto à son supérieur, lui reprochant que l’acte d’accusation de la « célébrité has-been » pour avoir déposé un faux rapport de police était excessif.

Les textos et e-mails ont été inclus dans des milliers de pages relatifs à l’affaire Smollett publiés par le bureau du procureur de l’État mardi soir.

« Alors… … je suis récusée, mais quand les gens nous accusent de surcharger des affaires… 16 chefs pour classe 4 (crime) deviennent une exposition A », a écrit Kim Foxx, à son principal adjoint, Joe Magats, le soir du 8 mars.

Magats a ensuite envoyé un texto lui disant qu’il se mettrait en contact avec d’autres membres du bureau du procureur de l’État et « examinait de près la façon dont nous menons les affaires et plaidons quelque chose qui couvre ce qui doit être couvert sans être excessif et finalement inutile. »

Smollett a été inculpé et a plaidé non coupable de 16 chefs d’accusation, mais le 26 mars les procureurs ont mystérieusement ​​abandonné les poursuites engagées contre l’acteur après avoir accepté de remettre sa caution de 10 000 dollars et effectué 16 heures de travaux d’intérêt général.

La décision a suscité l’indignation et a été suivie par une action civile intentée par la ville de Chicago contre Smollett dans le but de contraindre l’acteur à rembourser à la ville les dépenses en heures supplémentaires du service de police.

Affaire R. Kelly

Foxx a également comparé le cas de Smollett avec le traitement par son bureau d’un autre dossier très controversé, l’inculpation du chanteur R. Kelly pour 10 chefs d’abus sexuel.

« Pédophile avec 4 victimes 10 chefs d’accusation. Célébrité has-been qui a menti aux flics, 16 (chefs d’accusation) », a-t-elle écrit. « Pour une affaire susceptible de faire l’objet de poursuites différées, je pense que c’est une indication de quelque chose que nous devrions examiner d’une manière générale. Ce n’est pas parce que nous pouvons inculper quelque chose ne signifie pas que nous devrions le faire. »

Selon Steve Greenberg, l’avocat du chanteur, le fait que Foxx ait même ce type de conversation avec son personnel de cette manière, brosse un tableau plus général du bureau du procureur du comté de Cook. Dans ses mots, c’est « dysfonctionnel et chaotique », et pense également que Foxx manque d’objectivité.

Greenberg pour le moment ne souhaite pas le retrait de Foxx de l’affaire Kelly. Il a déposé une requête le 1er avril auprès d’un juge pour découvrir toute communication entre Michael Avenatti qui représentait les victimes présumées et la procureure, Kim Foxx.

Selon lui, en qualifiant le chanteur de « pédophile » avant même qu’il ne soit jugé équitablement constitue un aperçu clair du fonctionnement de son bureau totalement dysfonctionnel.

Greenberg, a déclaré que les textos de Foxx étaient scandaleux, sachant que R. Kelly n’a pas été condamné d’un tel crime.

Il ajoute que Foxx laisse ses préjugés personnels colorer la façon dont elle caractérise le cas de Kelly, ce qui, selon elle, était une affaire bien plus importante que celui de Smollett dans les textos rendus publique mardi.

Greenberg en rajoute une couche sur Twitter, mais cette fois-ci, concernant la sœur de Jussie Smollett qui est elle-même impliquée dans le mouvement #MuteRKelly et proche de Kim Foxx selon les textos et e-mails.

« C’est peut-être votre lien avec Jurnee Smollett-Bell qui vous a influencé, et non votre surcharge de R. Kelly », a tweeté Greenberg.

Jurnie Smollett-Bell a rejoint le mouvement et a plaidé auprès des entreprises à couper tous les liens avec R. Kelly.

Greenberg ajoute: « Je suis désolé de dire que la façon dont Kim Foxx fait référence à R. Kelly montre qu’elle laisse son passé influencer son objectivité et qu’elle ignore tout simplement son rôle et le fonctionnement du processus. »

Un passé que Foxx ne cache pas, étant elle-même une victime d’agression sexuelle dans son enfance.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here